112 956 candidats au bac I

Midi 30, les candidats aux examens de rhéto viennent de finir l’épreuve de littérature. Aux alentours du centre du lycée Alexandre Pétion qui accueille 576 élèves pour la session ordinaire du baccalauréat première partie, les postulants se mettent par petits groupes, bavardent, mangent ou commentent l’examen qu’ils viennent de subir. Dans cette foule de jeunes excités, David révise une dernière fois ses notions de physique. D’un air sérieux, d’un regard perçant et insistant, il fouille seul dans son bouquin. Il est déterminé à passer le cap. « Je vais réussir et aller en classe supérieure»,  lance-t-il laconiquement, satisfait de sa prestation à la première épreuve qui, selon lui, faisait appel au bon sens des candidats. David espère que l’examen de physique soit aussi  à sa portée.

La deuxième participation de Joilème Joseph aux examens de rhéto ne s’annonce pas aussi prometteuse. «Le texte d’examen a été au-delà de ce que j’ai préparé et j’ai décidé de ne pas plagier », dit-il souriant. Elève du lycée Fabre Nicolas Geffrard aux Gonaïves, ce jeune homme de 20 ans  n’abandonne pourtant pas sa détermination d’être admis en philo et se promet de travailler mieux. Il affirme être satisfait des dispositions prises par les responsables pour éviter des dérapages dans le cadre du déroulement des examens.

Les responsables du centre d’examen au lycée Alexandre Pétion ne cachent pas leur satisfaction du premier jour des épreuves. Les consignes concernant les horaires et le port de téléphone sont jusqu’ici respectées. Ils se réjouissent même de la coopération des élèves qui ne s’en sont pas débarrassés, à remettre leurs cellulaires aux surveillants sans grande résistance. Les responsables de ce centre, Nicolas Mathurin et Dory Paul Julio, donnent la garantie  que les rapports entre surveillants et élèves sont convenables et contribuent à la réussite de cette journée. «Nous avons commencé et terminé à l’heure prévue. Aucune difficulté ni contrariété majeure, je trouve que les examens ont bien débuté », déclare Nicolas Mathurin. Il déplore toutefois l’absence de candidats qu’il estime à 7%.

Parallèlement, au centre de Saint-Louis de Gonzague à la rue du Centre,  les examens se sont déroulés avec près d’une heure de retard. Midi passé, pas un seul postulant n’a  terminé son texte. Selon Marie Suze Philippe, responsable du centre, ce contretemps a été enregistré à cause du retard de certains surveillants. Déplorant la mauvaise répartition des tâches dans la  planification des examens du baccalauréat, Mme Philippe fait état de légèreté de la part des responsables. Elle se réjouit cependant d’avoir réussi à prendre toutes les dispositions pour le bon déroulement des examens au centre qu’elle administre. La présence des agents de sécurité et les superviseurs sillonnant les périmètres de l’établissement et identifiant ceux qui investissent les lieux est visible.  Dans les 12 salles accommodées à recevoir 384 candidats, la surveillance est de taille et les postulants travaillent calmement.

 Philippe Marie Suze apprécie la décision des responsables d’interdire les téléphones portables dans les centres d’examens, ce qui, selon elle, réduira le taux de fraude et contribuera à crédibiliser les épreuves.  

112 956 candidats participent aux examens du baccalauréat de 2012, dont 85 056 dans l’Ouest. Le directeur de l’enseignement secondaire, Jackson Pléteau, présente un bilan positif de la première journée et soutient qu’aucun incident majeur n’est signalé, sauf la panique et le retard causés par le bref passage de la cellule orageuse accompagné de forts vents sur le département de l’Ouest.

Nathalie Verné
Credit: Le Nouvelliste

Comments

comments

Leave a Comment

Yeap Network Favicon Yeap Network Favicon USA Web Solution Favicon
Dog