Accueil | Nouvelles | Haiti | « De-Risking » : les menaces atténuées pour Haïti, selon le ministre de la Justice « De-Risking » : les menaces atténuées pour Haïti, selon le ministre de la Justice

files-56Le gouvernement a utilisé les grands moyens pour éviter que le pays soit victime des sanctions du « De-Risking », selon le ministre de la Justice et de la Sécurité publique qui participait lundi soir à l’émission  « Sa K ap Kwit » sur Télé 20. Selon Me Camille Édouard Junior, le gouvernement a fait au Parlement le dépôt de deux  projets de loi portant sur le blanchiment des avoirs et le terrorisme et sur l’UCREF. Les autorités haïtiennes pourront capitaliser, entre autres, sur ces deux documents lors de la rencontre du GAFIC du 7 au 10 novembre prochain.

La loi sur le blanchiment des avoirs et le terrorisme a été votée dans les mêmes termes dans les deux branches du Parlement. Le gouvernement va la promulguer et  la traduire dans la langue  anglaise avant de la soumettre au Groupe d’action financière de la Caraïbe (GAFIC), a annoncé le ministre de la Justice.

Dans la réunion du GAFIC, le gouvernement va également mettre en avant la création  au ministère de la Justice d’une unité de statistique, de formation et de suivi sur les questions relatives au blanchiment des avoirs et anti-corruption. « Nous avons aussi publié un arrêté fixant les nouvelles procédures en matière de gel des avoirs saisis dans le cadre du blanchiment », a indiqué Me Camille Edouard Jr.

« Nous avons posé un ensemble d’actions pour éviter que le pays soit sanctionné. Nous espérons lors de la séance plénière du GAFIC, du 7 au 10 novembre à Turks and Caïcos, pouvoir défendre le pays et éviter qu’on soit mis sur une liste… », a-t-il dit.

Le ministre a souligné qu’il restait encore beaucoup à faire, puisque  le GAFIC nous avait fait environ 47 recommandations. Me Camille Edouard Jr a indiqué que le pays devait aussi adapter son système pénal. « Un projet de code de procédure pénale a été déjà adopté en Conseil des ministres, il ne nous reste maintenant  qu’à faire l’exposé des motifs au Parlement », a-t-il affirmé.

Le ministre a fait savoir que le gouvernement avait pris très au sérieux les menaces du GAFIC et avait pris des dispositions pour éviter que le pays soit sanctionné. Il estime qu’Haïti dispose maintenant des arguments pour pousser le GARFIC a reconsidérer sa position.

Il faut souligner que la loi sur l’UCREF votée au Sénat n’a pas encore été votée à la Chambre des députés, en vacances depuis septembre.

Robenson Geffrard source Le Nouvelliste

Comments

comments

Leave a Comment

Yeap Network Favicon Yeap Network Favicon USA Web Solution Favicon
Dog