Des journalistes outillés sur l’évaluation environnementale

Quelques jours avant le passage, les lundi 3 et mardi 4 octobre 2016, du cyclone Matthew sur Haïti, soit le jeudi 22 septembre 2016, une formation en évaluation environnementale a eu lieu, à l’intention de plus d’une dizaine de journalistes de divers médias dans la capitale, Port-au-Prince.

La directrice adjointe de la branche, en Haïti, du Programme des Nations Unies pour le développement en Haïti (Pnud), Martine Therer, s’est déclarée convaincue de l’importance de l’évaluation environnementale, pour tracer la voie d’un développement durable dans le pays, lors de l’ouverture officielle de la formation, à laquelle a pris part un journaliste d’AlterPresse.

Le journalisme joue un rôle important dans la société, « en termes de contrôle de l’action gouvernementale, de sensibilisation et d’éducation du public aux grands enjeux de notre époque », souligne-t-elle.

« Un de ces enjeux, qui est particulièrement crucial pour Haïti, est la protection et la préservation de l’environnement, pour que celui-ci soit source de richesses et d’emplois, et non de vulnérabilité ».

Therer constate combien la dégradation de l’environnement affecte négativement le cadre de vie de la population et met en péril les efforts de développement, compromettant, selon elle, l’avenir même d’Haïti.

L’évaluation environnementale constitue un outil, parmi d’autres, qui peut aider « à prendre les bonnes décisions pour l’environnement, notre survie et pour la prospérité de notre pays », estime la directrice adjointe du Pnud-Haïti.

Pour sa part, le directeur du cabinet du titulaire du Ministère de l’’environnement, Vernet Joseph, considère les journalistes et les médias comme des maillons importants, dans la marche ascensionnelle vers le développement durable du pays.

Joseph invite les professionnels de la presse à contribuer à la sensibilisation et à la mobilisation des communautés, autour de l’évaluation environnementale, qui, dit-il s’avère cruciale.

« Votre métier vous confère une proximité avec les populations. Ce qui fait de vous des partenaires de choix, en vue de vulgariser le processus d’évaluation environnementale en Haïti ».

Vernet Joseph souhaite la contribution des journalistes, afin d’informer et de sensibiliser la population, en général, sur la prise en compte de l’environnement, dans toutes les initiatives, susceptibles d’avoir des effets néfastes, notamment dans les domaines de la communication, des infrastructures, de la santé et de l’agriculture.

« Le processus de la participation du public et les rôles des journalistes dans l’évaluation environnementale » et « les outils disponibles en évaluation environnementale » ont été parmi les points, abordés à cette formation, animée par le professeur titulaire au département de géographie de l’Université du Québec à Montréal, Jean Philipe Waaub, également consultant au Bureau national des évaluations environnementales (Bnee) ainsi que par le directeur du Bnee, Hugo Coles.

Une feuille de route, contenant des résolutions et recommandations, a été élaborée à l’issue d’un atelier, réalisé entre les journalistes sur l’évaluation environnementale, au cours de cette formation, rendue possible grâce à l’appui financier du Pnud-Haïti, via le projet d’appui au renforcement des capacités du Ministère de l’environnement (Mde).

Créé en octobre 2015, le Bnee est une direction technique déconcentrée du Mde, dont la mission est d’assurer la promotion et la mise en œuvre du système national des évaluations en Haïti.

Alter Presse

Comments

comments

Leave a Comment

Yeap Network Favicon Yeap Network Favicon USA Web Solution Favicon
Dog