Election: 4 246 observateurs nationaux ont été accrédités

Le CEP mise sur la transparence pour crédibiliser le scrutin du 20 novembre 2016. «  Pour le moment, 4 246 observateurs nationaux ont été accrédités. D’autres demandes sont en cours de traitement », a confié  au journal ce mardi le président du CEP, Léopold Berlanger. En grande partie, ces observateurs sont ceux du consortium formé par le RNDDH, la SOFA, le CARDH, le CONHANE et la POHD et L’OCID qui regroupe l’ISC, Jurimedias, CEDH.

« Nous allons déployer 1 500 observateurs à travers le pays toujours selon notre méthode, avec un échantillon représentatif et aléatoire. Il y aura 1 200 dans les centres de vote et 300 à l’extérieur des bureaux », a expliqué Rosny Desroches, l’un des responsables de l’OCID. Quelque 200 personnes seront affectées dans le centre d’opération, a-t-il ajouté. Le vieux routier de l’observation électorale en Haïti a lui aussi souligné que la transparence est indispensable pour crédibiliser le scrutin. Le téléchargement des photos des procès-verbaux sur le site du CEP donnera dans les 24 à 36 heures après le scrutin une idée claire du vote. « C’est une mesure extrêmement importante », a indiqué Rosny Desroches.

« Notre consortium va déployer plus de 3000 observateurs sur tout le territoire », a confié Pierre Ésperance, qui souhaite que la journée électorale se déroule dans le calme, que le CEP fasse son travail correctement pour éviter les problèmes administratifs, logistiques, qu’il n’y ait de mauvaises nouvelles pour décourager les électeurs. « Il est important que les matériels soient disponibles à temps, qu’il n’y ait pas de changement de dernière minute au sein du personnel des bureaux de vote, que ce soient les électeurs munis de CIN qui les identifient correctement qui soient habilités à voter », a détaillé Pierre Ésperance.

Il y a des gens qui ont en leur possession des CIN collectées dans le cadre de programmes gouvernementaux comme Ti Manman Cheri, a affirmé Pierre Ésperance qui avait dénoncé avec virulence ce qu’il appelle « les fraudes massives » lors de la présidentielle du 25 octobre 2015 jusqu’au déraillement du second tour à un seul candidat. Le militant des droits de l’homme s’est dit « content » de l’élimination du vote sur procès-verbal, privilège utilisé en 2015 par des mandataires et des observateurs pour voter à plusieurs reprises. « D’autres possibilités de fraudes existent. Il faut que tout le monde soit vigilant le jour du vote », a rappelé Pierre Ésperance, déterminé à braquer les projecteurs sur le Centre de tabulation.

Pour sa part, l’OEA a une mission d’observation électorale de 130 personnes dirigée par l’ambassadeur uruguayen Juan Raùl Pereira, a appris le journal d’une source à l’OEA. Le déploiement des coordonateurs régionaux a commencé ce mardi, a indiqué cette source. Ce mardi, à cinq jours du scrutin, le CEP et l’exécutif ont donné des gages : tout est prêt pour la tenue des élections du 20 novembre 2016. Les centres de vote qu’il fallait retaper dans le grand Sud, le Nord-Ouest au soin de l’UCLBP, du FAES, du BMPAD, sont utilisables. Plus de 12 000 hommes et femmes en armes de la PNH, de la Minustah, appuyés par des agents électoraux, doivent participer à la sécurisation du scrutin.

Le faible taux de participation à ces joutes est redouté, ici où, même sans une météo pourrie, les électeurs ont longtemps déserté les urnes, le cœur gros de dépit. Le président Jocelerme Privert, pour motiver les électeurs, insiste sur l’enjeu majeur de ces compétitions électorales : la stabilité. Le pays ne peut se permettre de ne pas avoir un président avec un mandat populaire pour engager des actions à court, moyen et long terme en faveur de la population.

Comme le chef de l’État, le président du CEP, Léopold Berlanger, a un message clair : allez voter. Sous la neige, dans d’autres pays, les gens votent, a fait remarquer le président du CEP, comme un petit clin d’œil à la météo capricieuse sur Haïti ces temps-ci. « Si la pluie ne représente pas de danger, il faut sortir, aller voter. Nous ne pouvons pas renvoyer les élections à cause d’une pluie », a insisté Léopold Berlanger.

 

Comments

comments

Leave a Comment

Yeap Network Favicon Yeap Network Favicon USA Web Solution Favicon
Dog