La Maison blanche estime qu’Assad perd le contrôle de la Syrie

WASHINGTON (Reuters) – La Maison blanche a estimé mercredi que Bachar al Assad perdait le contrôle de la Syrie et a pressé la communauté internationale, et plus particulièrement la Russie, de travailler urgemment à une transition politique.

“Il y a un réel élan contre Assad, avec de plus en plus de défections, et une opposition plus forte et plus unie qui opère à travers le pays”, a déclaré le porte-parole de la Maison blanche, Tommy Vietor, après l’attentat de Damas qui a coûté la vie à plusieurs hauts responsables du pouvoir syrien.

“Alors que le régime d’Assad est en train de perdre le contrôle, c’est le moment pour les Syriens et la communauté internationale de se concentrer sur ce qui vient après”, a-t-il ajouté.

“Nous travaillons instamment avec nos partenaires internationaux afin de faire pression pour une transition politique en Syrie. La communauté internationale, incluant l’opposition, s’est réunie plusieurs fois pour entamer ce processus, qui doit se poursuivre”, a-t-il indiqué.

Le président américain Barack Obama a téléphoné à son homologue russe Vladimir Poutine, principal allié international de Bachar al Assad.

“La fenêtre se referme. Nous devons agir d’une façon unifiée pour aider à faire advenir la transition que les Syriens méritent tant”, a déclaré à la presse le porte-parole de la Maison blanche, Jay Carney.

De son côté, le Kremlin a fait savoir que même si les deux dirigeants partageaient l’objectif de mettre un terme à l’escalade de la violence en Syrie, ils restaient divisés sur la façon de l’atteindre.

“Des différences d’approches concernant les moyens pratiques d’atteindre un règlement (de la violence) existent toujours”, a déclaré le Kremlin dans un communiqué paru à la suite de l’entretien entre les deux chefs d’Etat.

Le Conseil de sécurité de l’Onu a reporté à jeudi le vote d’un projet de résolution, soutenu par les Occidentaux, qui menace le pouvoir syrien de sanctions, laissant peu d’espoir quant à une réduction des différends qui ont paralysé jusqu’à présent la réponse internationale à la crise syrienne.

INQUIÉTUDES SUR LES ARMES CHIMIQUES

Le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, a par ailleurs exprimé, à l’occasion d’une conférence de presse au Pentagone, des inquiétudes sur le sort des armes chimiques dont dispose le pouvoir syrien.

Le gouvernement de Bachar al Assad semble déplacer en toute discrétion certaines armes chimiques depuis des lieux de stockage, ont indiqué des responsables occidentaux et israéliens.

Il n’est cependant pas possible de dire si cette opération relève de la simple précaution de sécurité à l’heure où la guerre civile syrienne connaît une escalade sans précédent.

Le gouvernement syrien dément mener une telle opération. Les stocks secrets d’armements syriens, considérés comme les plus importants de cette sorte au Moyen-Orient, incluraient du sarin, des gaz moutarde et du cyanure.

“Nous leur avons signifié clairement qu’ils avaient la responsabilité de préserver leurs sites chimiques et que nous les tiendrions responsables si la moindre chose devait se produire en rapport avec ces sites”, a ajouté Leon Panetta, précisant que les Etats-Unis travaillaient en étroite collaboration avec leurs alliés sur ces questions.

Phil Stewart; Juliette Rabat pour le service français

Comments

comments

Leave a Comment

Yeap Network Favicon Yeap Network Favicon USA Web Solution Favicon
Dog