La sécurité des journalistes au centre des débats

files-44« Sécurité des journalistes en période électorale et de catastrophes naturelles », c’est autour de ce thème qu’Haïti a célébré le jeudi 27 octobre sa première Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre des journalistes. Une conférence-débat s’est tenue à l’hôtel Kinam en la circonstance, au cours de laquelle des intervenants ont abordé les défis ainsi que les contraintes relatives à la sécurité des journalistes, particulièrement dans le milieu haïtien.

Un panel composé de Godson Pierre du groupe Média Alternatif, de Me Gédéon Jean du Centre d’analyse et de recherche en droits de l’homme, et Me Arol Enol Alphonse de l’académie de police a débattu le thème retenu pour la journée en présence d’un public composé de journalistes, de représentants de la justice, de policiers, de défensseurs de droits humains, d’étudiants en journalisme…

« L’impunité est un crime contre l’exercice de la liberté d’expression et, plus généralement, contre les droits de l’homme. Elle enhardit les criminels, menace l’État de droit et engendre la peur et l’autocensure », a déclaré Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco dans un message lu par Clark Jeffrey Lochard, spécialiste en communication au bureau de l’Unesco en Haïti.  L’Unesco exhorte les médias, la société civile, la police et les instituions judiciaires à intensifier l’action qu’ils mènent pour prévenir la violence à l’égard des journalistes.  L’organisation onusienne encourage les autorités à créer un environnement propice permettant aux journalistes de faire leur travail sans contrainte. Elle en profite pour lancer un appel à la justice dans des cas de violence et de harcèlement contre des journalistes, y compris les arrestations arbitraires et l’intimidation verbale.

Me Arol Enol Alphonse de l’académie de police et Me Gédéon Jean, ont respectivement abordé les relations complexes entre la presse et la police en Haïti en période électorale et de catastrophes naturelles, et la liberté d’expression et d’information. Godson Pierre avait lui-même abordé la question de l’impunité des crimes contre les journalistes en Haïti. Une brève historique de cette question en Haïti a été présentée. Les débats étaient très animés. Les conditions de travail des journalistes, le respect de l’éthique par les professionnels des médias, les rapports entre la police et la presse, les causes de l’impunité dont jouissent les assassins des journalistes en Haïti sont quelques-uns des points agités pendant les débats. Le film « l’Agronome» retraçant le travail du journaliste Jean Léopold Dominique a été projeté en la circonstance.

Cette activité a été organisée par le bureau de l’Unesco en Haïti de concert avec la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah). Les participants souhaitent trouver d’autres occasions pour continuer à réfléchir sur la pratique du journalisme en Haïti.

Michelson Césaire source le nouvelliste

Comments

comments

Leave a Comment

Yeap Network Favicon Yeap Network Favicon USA Web Solution Favicon
Dog