Le projet de réhabilitation et d’agrandissement de l’aéroport Toussaint Louverture bloqué sur le tarmac

files-18Sous « pression maximale » des bailleurs qui ont brandi la carotte et le bâton, aux risques de fâcher les Chinois, l’administration Privert/Jean-Charles suspend le projet de réhabilitation et d’agrandissement de l’aéroport international Toussaint Louverture. Maintenant, l’Etat doit entamer des discussions avec la firme China National Automation Control System Corp (CASC) pour récupérer l’avance de démarrage de 43 402 500 dollars américains.

Le projet de réhabilitation  et d’agrandissement de l’aéroport international Toussaint Louverture dont le montant est estimé à 289 350 457 $, financé par un prêt auprès de la Industrial and Commercial Bank of China (ICBC) et pour lequel l’Etat haïtien avait donné une avance de démarrage de 43 402 500 dollars en mai dernier à la firme China National Automation Control System Corp (CASC) est « stoppé », « suspendu », sous « pression maximale » des bailleurs de fonds, dont le FMI, la Banque mondiale, la BID, l’UE, a annoncé à la presse le ministre de l’Economie et des Finances Yves Romain Bastien, le mercredi 9 novembre 2016.

Les bailleurs, pour plusieurs raisons, sont tombés à bras raccourcis sur ce projet initié sous la présidence de Michel Martelly avant que l’administration Jocelerme Privert ne fasse le décaissement de l’avance de démarrage. D’abord, il s’agit pour eux, a expliqué Yves Romain Bastien, d’un prêt non concessionnel avec des taux d’intérêt élevés. Le hic, c’est qu’en 2008, lors de l’annulation de la dette d’Haïti par les institutions financières internationales, il y avait cette conditionnalité, cette ligne rouge à ne pas franchir. « Il faut être d’accord qu’on est pris à défaut », a reconnu le ministre de l’Economie et des Finances, estimant qu’à l’avenir, pour les projets de construction d’infrastructures déterminants pour l’économie, nécessaire d’impliquer plusieurs partenaires, il ne faut pas partir à l’aventure sur la base de mauvaises analyses.

Le projet, approuvé par la Csc/ca, a été fait sans appel d’offres. « Le montant est important pour le limiter à un seul partenaire », a reconnu le ministre de l’Economie et des Finances, soulignant que le gouvernement a fait preuve de « sagesse » en suspendant ce projet. Lors de discussions ouvertes et franches, les bailleurs ont menacé de ne plus faire de dons mais des emprunts à Haïti à cause de ce prêt non concessionnel, a révélé Yves Romain Bastien, évoquant un prêt de 40 millions de dollars à 0 % intérêt du FMI, des discussions avec la Banque mondiale et la BID pour des dons respectivement de 445 millions et de 320 millions de dollars, et un appui budgétaire de l’UE de 20 millions.

Ces financements dans un contexte post-Matthew étaient menacés, a expliqué le ministre. Avec seulement 30 % du territoire électrifié, de gros déficits en termes d’accès à l’eau potable, il y avait des difficultés, du point de vue des bailleurs, à justifier ce financement pour la réhabilitation et l’agrandissement de l’aéroport, a dit Yves Romain Bastien soucieux des conséquences de la décision de l’Etat haïtien. « Nous n’avons pas intérêt à fermer la porte avec la Chine », a indiqué le ministre de l’Economie et des Finances avant de souligner que dans la région du CELAC, la Chine  fait des investissements de l’ordre de 35 milliards de dollars. « « Nous ne sommes pas aussi indépendant que nous le croyons », a lâché Yves Romain Bastien sans faire l’économie de souligner que les Chinois octroient des prêts à des pays qui sont contre le montage actuel du projet de réhabilitation et d’agrandissement de l’aéroport international Toussaint Louverture.

L’exécutif attend des lettres de ces bailleurs pour montrer à la firme et à l’emprunteur chinois qu’il a été contraint de suspendre ce projet, a révélé le ministre. Yves Romain Bastien, confiant de pouvoir récupérer les 42.5 millions de dollars d’avance de démarrage à la firme de construction. « C’est une décision extrêmement difficile pour un Etat qui se considère souverain de revenir sur un contrat préalablement signé avec une firme », a expliqué Yves Romain Bastien, estimant que le taux d’intérêt de 4,7 % du prêt pour la réhabilitation et l’agrandissement de l’aéroport Toussaint Louverture n’est pas élevé dans le contexte haïtien où les risques sont élevés. L’aéroport international Toussaint Louverture, trop petit, peu accommodant avec un trafic international flirtant avec un million de passagers et plus dans les années à venir, doit bénéficier d’investissements pour ne pas pénaliser le secteur touristique, a soutenu Yves Romain Bastien, qui informe qu’une banque européenne analyse des possibilités de nouveaux financements.

Le projet qui est suspendu comporte la construction d’un terminal de 28 000 m2  entièrement équipé, la mise en opération de cinq bridges avec des commodités pour faciliter l’embarquement et le débarquement de deux avions. Il était prévu plusieurs voies de circulation, dont une, un taxiway, parallèle à la piste de 43 mètres de largeur. Il devait y avoir un parking de 3 500 m2, des espaces de stationnement pour avion, un hangar pour hélicoptère, un espace garage pour la réparation des aéronefs, quatre salons VIP, un salon diplomatique, 600 m2 de restaurants, des espaces de congélation.

Roberson Alphonse source le nouvelliste

Comments

comments

Leave a Comment