Que 30 millions pour le carnaval des Fleurs!

L’exercice est inédit, plusieurs décennies que l’Etat haïtien, l’édilité de Port-au-Prince, le secteur privé ne s’étaient pas aventurés dans la réalisation d’un carnaval des fleurs. Belle fête populaire au cœur de l’été, les deuxièmes bacchanales de l’année se voulaient différentes et fleuries.

Elles risquent d’être ternes et inodores. La cause : pas d’argent.

Le budget de soixante-cinq millions de gourdes annoncé en grande pompe était déjà juste. Voilà que le président du comité d’organisation, Jean Dany Pierre François, annonce qu’en fait, à cause des impayés du carnaval des Cayes qu’il faut solder, il ne reste en caisse que trente millions pour le carnaval des Fleurs.

C’est rikiki. Risible même.

Plus de cent millions pour les Cayes – près de deux cents estiment certains -, trente pour la capitale, c’est un carnaval des fleurs fanées qu’on va nous servir…

Dans la lancée des Cayes, l’édilité de Port-au-Prince est exclue du contrôle de la fête. C’est une affaire de ministères et de secteur privé. De la présidence aussi. Au lieu d’être un handicap, cette conjonction de gros calibre laisse espérer qu’on finira par trouver de l’argent pour ne pas faire honte à la capitale qui n’avait pas sollicité de carnaval, encore moins une fête au rabais.

Mais, si dans la bonne tradition des fêtes haïtiennes l’argent arrive la veille, il y a d’autres conditions qui ne sont pas réunies. La première: l’esprit de fête ne souffle pas sur la ville à moins de 25 jours du premier jour gras, non, du premier jour fleuri.

Les autorités n’encouragent pas l’esprit de compétition entre les orchestres assurance d’une participation enfiévrée.

Les concepteurs du carnaval des Fleurs ont choisi eux-mêmes les groupes musicaux invités à défiler sans donner une petite chance au mérite, sans permettre à de nouveaux groupes de donner la preuve de leurs talents.

Les penseurs du carnaval jugent inutile de mettre les groupes musicaux en compétition en leur proposant de composer une musique neuve pour ce carnaval bis. On reprendra les mêmes méringues qui ont déjà servi aux Cayes cette année. Cela enlève un peu de saveur, de piquant à la fête.

En fait, quel est le but visé avec ce carnaval des Fleurs pour lequel il n’y a pas de budget?

Frantz Duval duval@lenouvelliste.com Twitter:@dalfaz

Comments

comments

Leave a Comment

Yeap Network Favicon Yeap Network Favicon USA Web Solution Favicon
Dog