Royal Oasis, premier hôtel 5 étoiles en Haïti

Royal Oasis hôtel, à Pétion-Ville, s’est offert une entrée à la dimension de ses ambitions  en présence du président de la République, du Premier ministre, de ministres, d’hommes et de femmes d’affaires et du gratin de la société haïtienne.

Pour la bénédiction inaugurale, il n’a fallu pas moins que le nonce apostolique en grande tenue, pendant que des serveurs en livrée, gantés de blanc, papillonnaient au milieu d’une foule heureuse d’assister à l’événement mondain du mois de décembre.

Une belle adresse sur l’avenue Panaméricaine, à l’entrée de l’impasse des hôtels, avec 128 chambres et suites, un jardin luxuriant, un café terrasse, des magasins, un centre d’affaires et deux salles de conférence. Le projet en selle depuis 2006, aura coûté au total 35 millions de dollars américains dont 18 millions de fonds propres apportés par des investisseurs d’ici et de la diaspora.

Royal Oasis, ouvert au public ce 12-12-12 a su résister au tremblement de terre, aux petites brouilles entre actionnaires et au climat général des affaires en Haïti qui oscille entre espérance et abattement. Venues en renfort, des institutions internationales ont complété le tour de table faisant du projet l’un des plus cosmopolites.

Cet hôtel est révolutionnaire, a déclaré Jerry Tardieu dans ses propos de circonstance. Bien avant le passage du tremblement de terre du 12 janvier 2012, nous avons pensé à construire un immeuble parasismique, a révélé le PDG de la société propriétaire de l’hôtel.

« Lors du séisme, nous étions déjà à 5 étages. Pas une fissure n’a été pourtant constatée. De plus, l’hôtel est doté d’un système d’anti-incendie et de caméras de surveillance aux standards internationaux. Avec ce projet, nous avons pu joindre l’économique, le social et l’esthétique, signe concret qu’Haïti se remet de la catastrophe du 12 janvier 2010», selon l’entrepreneur, âme de ce projet pharaonique.

Le financement du projet est aussi révolutionnaire, à en croire Tardieu. 95 % du capital est national. L’actionnariat est inclusif, diversifié, élargi. Il reflète la mosaïque sociale haïtienne, selon le président du Conseil de développement économique et social attaché au bureau du Premier ministre.L’Office nationale d’Assurance (ONA) est d’ailleurs l’actionnaire majoritaire.

La gestion de Royal Oasis sera assurée par la Occidental Hotels and Ressorts qui gère plus de 20 établissements hôteliers dans la Caraïbe.

Dumas Maçon
Credit: le Nouvelliste

Comments

comments

Leave a Comment

Yeap Network Favicon Yeap Network Favicon USA Web Solution Favicon
Dog